Un logement mal adapté aux besoins d’une personne en perte d’autonomie est non seulement inconfortable mais aussi dangereux. Des solutions existent pour aménager son domicile.

Pour permettre aux personnes privées d’autonomie de continuer à vivre dans leur environnement, il est essentiel de procéder à des aménagements : sécuriser les accès et les déplacements pour prévenir les chutes, aménager la cuisine pour éviter les accidents lors de la manipulation d’appareils électroménagers, adapter la salle de bain pour faciliter la toilette, réorganiser la chambre pour la rendre plus confortable.

⊂ De la pose de volets roulants automatisés, à la réalisation de travaux d’adaptation (installation d’une douche à l’italienne par exemple), vous pouvez bénéficier d’aides financières auprès de nombreux organismes et gagner ainsi en sérénité et sécurité !

Sécuriser ses déplacements dans le logement :

prévoir un éclairage suffisant

privilégier les revêtements non glissant : un carrelage plutôt qu’un parquet

dégager les lieux de passage

supprimer les tapis du logement ou les fixer au sol à l’aide de scotch double-face.

prévoir des va-et-vient électriques aux entrées des pièces

installer des prises électriques en nombre suffisant pour supprimer les fils qui courent sur le sol ou éviter l’usage de rallonges

équiper les couloirs et les escaliers de mains courantes pour disposer d’appuis

sécuriser le nez des marches d’escalier en posant une bande antidérapante ou de couleur

⊂ Pour prévenir le risque de chutes dans votre escalier, une astuce consiste à repeindre vos marches en y déposant du sable ou du sucre avant que la peinture ne sèche. Cette pratique, peu coûteuse, délisse la surface des marches d’escalier et leur confère une accroche qui permet de limiter les accidents domestiques.

À qui s'adresse ?

Vous trouverez ci-dessous la liste des structures qui peuvent vous aider à intervenir selon vos besoins.

L’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH)

ANAH 79
Du Lundi au Vendredi : de 09h00 à 11h30 de 14h00 à 15h45
Accueil ouvert uniquement sur rendez-vous.
39 avenue de Paris
BP 526
79022 Niort Cedex
Site : http://www.anah.fr
Courriel : ddt-anah@deux-sevres.gouv.fr
Téléphone : 05 49 06 89 17

La Caisse nationale d'assurance vieillesse

Pour favoriser le maintien à domicile, la Caisse nationale d’assurance vieillesse (retraite de base du régime de la sécurité sociale pour les salariés et cadre) propose, en fonction des revenus, une subvention qui permet de financer la réalisation de travaux d’aménagement et/ou d’adaptation des logements des seniors.

Contact
09 71 10 39 60

Les conseils départementaux et collectivités locales

Renseignez-vous directement auprès du conseil départemental des Deux-Sèvres, du CCAS (centre communal d’action sociale) ou du CLIC (centre locale d’information et de coordination).

Le CCAS de Niort

Adresse :
1 rue de l’ancien musée – 79000 NIORT
Les bureaux sont ouverts du lundi au vendredi : de 8h30 à 12h00 et de 13h00 à 17h00
Téléphone : 05 49 78 72 68
E-mail : CCAS@mairie-niort.fr

Le CLIC du Sud Deux-Sèvres 

Adresse :
74 Rue Alsace Lorraine – 79000 Niort
Les bureaux sont ouverts du lundi au vendredi de : 9h00 à 12h 00 et de 14h00 à 17h00
Téléphone : 05 49 06 63 63
E-mail : clicbvn@yahoo.fr

Les services d’aide à domicile peuvent intervenir pour aider les personnes âgées à faire ce qu’elles n’ont plus l’envie ou les capacités de faire.

⊂ Les services d’aide à domicile peuvent être gérés par les CCAS (centres communaux d’action sociale), par des associations ou par des entreprises commerciales.

Les prestations d’aide à domicile proposées

Les interventions des services d’aide à domicile ont pour objectif de favoriser ou maintenir l’autonomie des personnes âgées et leur permettre de continuer à vivre chez elles le plus longtemps possible. Elles concernent principalement :

  • l’entretien du logement et du linge,
  • l’aide au lever et au coucher,
  • l’aide à la toilette et à l’habillage,
  • l’aide aux courses,
  • la préparation et prises des repas.

Les aides à domicile peuvent également accompagner les personnes âgées lors de sorties, réaliser des activités de loisirs avec elles, et ainsi contribuer à maintenir leur vie sociale.

Certains services d’aide à domicile peuvent également proposer les prestations suivantes :

  • téléassistance,
  • portage de repas à domicile,
  • petits travaux de bricolage.

 

La mairie de Villiers-en-Plaine vous informe que :

  • son Service d’Aide à Domicile intervient sur la commune de NIORT,
  • son service de portage de Repas A Domicile intervient sur les communes de NIORT et de Chauray.

Les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD)

Les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) interviennent à domicile, sur prescription médicale, pour dispenser des soins aux personnes âgées de plus de 60 ans, malades ou en perte d’autonomie. Leurs interventions peuvent être de courtes, de moyennes ou de longues durées selon l’état de santé et les besoins du patient. Elles contribuent au maintien à domicile et sont prises en charge par l’Assurance maladie.

L’hospitalisation à domicile (HAD)

L’hospitalisation à domicile permet d’assurer des soins médicaux, paramédicaux continus, coordonnés et complexes que le secteur libéral n’est pas en mesure de prendre en charge. Elle garantit la continuité des soins (7 jours sur 7, 24 heures sur 24) dans un environnement familier. Réservée à des patients gravement malades, elle reste avant tout une hospitalisation. Le cas échéant, certains aménagements peuvent donc être nécessaires, comme par exemple l’installation d’un lit médicalisé. L’équipe de l’HAD se rend toujours au préalable au domicile du patient pour vérifier si les conditions de la prise en charge y sont réunies. Le champ d’intervention de l’HAD est large : médecine, post chirurgical, soins de suite, traitement du cancer, soins palliatifs…

 

⊂ Les SSIAD peuvent intervenir 7 jours sur 7 si nécessaire.

Comment faire appel à un SSIAD ?

Si vous avez une prescription médicale, vous pouvez contacter directement le SSIAD de votre secteur afin de savoir s’il peut intervenir. S’il le peut, une évaluation de vos besoins sera réalisée à votre domicile par un infirmier coordinateur du SSIAD qui vous proposera un rythme d’interventions.

 

A noter que les SSIAD sont autorisés à prendre en charge un nombre limité de personnes. Il est possible que le service ne soit pas en capacité d’intervenir au moment où vous en faites la demande. Vous serez alors inscrit sur une liste d’attente.

À QUI S'ADRESSER ?

Les CLIC (Centres Locaux d’Information et de Coordination Gérontologique), certaines caisses de retraite ou encore des collectivités territoriales telle les départements ainsi que des associations organisent des formations destinées notamment à l’entourage des patients atteints de maladies dégénératives avec une ouverture progressive vers toutes les autres pathologies invalidantes. Ces formations portent par exemple sur les soins corporels ou sur le soutien psychologique à apporter au malade.
Renseignez-vous auprès de ces institutions.

Les seniors en perte d’autonomie vivant à domicile sont aidées en grande partie par leur entourage. 

Accompagner et soutenir un proche atteint par la maladie bouleverse le quotidien et n’est pas toujours évident. Il faut savoir s’organiser et se préserver.

L’aidant familial, pilier du maintien à domicile

L’aidant familial est « la personne non professionnelle qui vient en aide à titre principal, pour partie ou totalement, à une personne dépendante de son entourage, pour les activités de la vie quotidienne ». Il est le pilier du maintien à domicile des seniors en perte d’autonomie!

Avoir un rôle d’aidant est difficile. Des structures apportent soutien et réconfort dans cette lourde tâche. Certaines organisent des conférences, des groupes de paroles ou encore des journées de formation gratuites. Celles-ci ne sont pas des formations professionnelles mais permettent de mieux connaître la maladie, son impact sur la vie quotidienne et de mieux s’y adapter…

Parmi les associations proposant des formations gratuites aux aidants : France Alzheimer, France Parkinson, Générations Mouvement, ou encore l’Association Française des Aidants.

⊂ Les aidants dits «  naturels  » sont le plus souvent un membre de la famille.

En tant qu’époux ou enfant, l’aidant pense que c’est son devoir d’assumer tout et tout seul. c’est faux ! L’aidant à besoin d’informations, de soutiens voire d’aide psychologique.

Vous êtes aidant ? Ne surestimez pas vos forces : imposez-vous des moments de répit au cours de la journée, de la semaine et de l’année.

Le droit au répit

Bien souvent, l’implication des aidants est telle qu’ils ne prennent plus de temps pour eux afin de faire une pause nécessaire, se divertir, ou même aller chez le médecin. Il est pourtant impératif (pour ne pas dire « vital ») de se préserver et prendre soin de soi dès que l’on devient aidant.

La loi d’adaptation de la société au vieillissement, entrée en vigueur le 1er janvier 2016, reconnaît le statut d’aidant familial pour lequel le risque d’épuisement physique et psychologique est grand. Elle prévoit – pour les proches aidants de personnes bénéficiaires de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) – de leur accorder un droit au répit en proposant des loisirs ou même des vacances.